Journal d’un futur rentier (8)

Journal dun futur rentier (8)J’ai toujours pensé qu’une retraite anticipée totale du monde professionnel n’était pas souhaitable. Conserver une activité lucrative à temps partiel permet en effet de diversifier les sources de revenus, de goûter avant l’aube des joies de la retraite et de conserver un lien social. Mon objectif est donc désormais de dénicher un travail avec un taux d’activité réduit. Néanmoins, dans cette quête d’indépendance financière je me heurte aujourd’hui à deux phénomènes pour le moins inattendus…

En premier lieu, les gens qui comme moi cherchent à devenir financièrement indépendants, sont en principe bons dans leur job car ils cherchent à maximiser leur salaire pour épargner et placer leur argent. Ce faisant, même si a long terme ils assurent leur objectif, à court et moyen terme ils ont l’impression de s’en éloigner. En effet, et j’en parlais déjà ici, plus un salarié a du succès, plus son employeur lui accapare son temps disponible. Dans ce cadre, il devient pratiquement impossible d’abaisser son taux d’activité.

La seule solution est alors de changer d’employeur, en visant uniquement des postes à temps partiel. La bonne nouvelle c’est que ces emplois sont assez fréquents, les entreprises étant friandes de recruter des compétences qu’elles ne peuvent s’offrir à plein temps. Je pensais donc pouvoir trouver rapidement chaussure à mon pied, mais c’est là que j’avais sous-estimé le poids de certains clichés encore bien présents, même au 21e siècle.

On parle souvent de discrimination envers les femmes dans le monde professionnel, surtout par rapport au salaire et aux promotions. Je ne remets pas en cause ces allégations qui sont souvent justifiées. Néanmoins, on parle beaucoup moins souvent de la discrimination envers les hommes qui recherchent des postes à temps partiel.

Les motifs donnés pour la non sélection de mes candidatures ont frisé à plusieurs fois le ridicule. Sans vouloir me vanter, j’ai un CV qui est bien garni et mon profil correspond à ce qui est recherché dans le marché, autant du point de vue de la formation, de l’âge et de l’expérience. Je trouverais un autre poste à 100% sans aucun problème. Mais quand c’est pour du temps partiel, on me dit que je suis trop expérimenté. Même si c’était vrai, pourquoi sans soucier puisque je suis prêt à mettre ce bagage supplémentaire à disposition sans autre contrepartie que le fait de pouvoir travailler à temps partiel ?

Parfois les explications sont encore plus limites. On m’a même carrément dit ne pas comprendre qu’un homme recherche un poste à temps partiel, malgré mes explications légitimes (conciliation vie privée/familiale et vie professionnelle). On croit rêver… Imaginez qu’on réponde quelque chose de la sorte à une femme pour un poste à temps complet !

Vous en voulez plus ? Commandez mon e-Book "Profession rentier" au prix attractif de 13 EUR ou recevez gratuitement la Newsletter et mon e-Book "Le chiffre magique". Garanti 100% sans spam.

A lire aussi :

4 réponses à Journal d’un futur rentier (8)

  1. Phil dit :

    Bonjour Jérôme,

    Une fois n’est pas coutume, je vais me faire l’avocat du diable.
    Je comprends tout à fait ton exaspération devant ton problème à trouver un job à temps partiel mais je comprends aussi les réticences de certains employeurs.
    D’après ce que j’ai compris, tu fais un job à forte valeur ajoutée, avec sans doute des responsabilités, bref un poste critique.
    Les postes à temps partiels sont, à mon sens, plutôt utilisés pour des emplois dont le coût du changement est faible : qui dit valeur ajoutée plus faible, dit aussi remplacement plus facile.
    Si j’étais patron et que j’avais besoin de recruter quelqu’un pour un poste critique, je privilégierai l’embauche d’une personne à 100%, plutôt qu’une ou deux à mi-temps : c’est plus simple à gérer (montée en compétences, transferts d’informations, absences…)
    Bien sûr, tu te positionnes sur le fait que tu proposes tes services à des entreprises qui ne pourraient pas te payer à temps plein et c’est une excellente chose. Mais la difficulté semble résider ici : trouver ce type d’entreprise ayant ce besoin spécifique :)
    Bon courage en tout cas,

    Phil

    • Jérôme dit :

      Je suis ok avec toi Phil, mais justement ces postes existent puisqu’ils sont mis au concours. Alors pourquoi sont-ils réservés aux femmes ?
      Et puis je ne suis pas focalisé sur des postes clés. Apparemment dans l’inconscient collectif il est inimaginable qu’un homme :
      1) veuille travailler à temps partiel
      2) ne veuille pas forcément de responsabilités
      Tout ça est un bon exemple de la Rat Race.
      Il faut aller toujours plus haut dans la folie de consommer et de travailler.

  2. brulu dit :

    salut jerome,

    je suis entièrement d’accord avec ton point de vue. Mais faut-il pour autant baisser les bras et/ou prendre ce qui se présente. Vous vous êtes dans la « grande Métropole » et imaginez-vous celui qui se trouve dans des DOM où le travail est limité???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.